Conservatoire culinaire du Québec – l’EMRTM

Un Conservatoire pour préserver le patrimoine culinaire d’ici

Installé dans un local de l’École des métiers de la restauration et du tourisme de Montréal, une belle bâtisse de style victorien, construite en 1887,  sur le boulevard de Maisonneuve. «On veut protéger notre patrimoine» explique Mario Bilodeau, le directeur: « Je pense que le meilleur endroit pour le conserver, c’est une école hôtelière.»

Dans un petit local du quatrième étage, s’entassent 150 ans d’histoire culinaire québécoise. Au tout nouveau Conservatoire culinaire du Québec, inauguré le jeudi 13 octobre 2016, des livres de cuisine, des menus et des dépliants témoignent de la culture culinaire d’ici, qui mélange celles de la France, de l’Angleterre, des États-Unis et des Premières Nations.

Heures d’ouvertures:

  • Mardi de 13 h à 18 h
  • Mercredi au vendredi de 11 h à 18 h.

Un projet de longue haleine

« … tout ce qu’il est nécessaire de savoir dans un ménage, pour préparer les diverses soupes grasses et maigres, cuire le bœuf, le veau, le mouton, … » Nous sommes en 1840 et ces quelques lignes sont tirées de La Cuisinière Canadienne de Louis Perreault, premier livre de recettes édité au Canada-Français. Le premier d’une belle et longue série : depuis lors, des milliers d’ouvrages ont été produits, dessinant, au fil des ans, les contours de l’identité culinaire de la province.

Cet alléchant patrimoine dormait jusqu’ici, oublié sur des étagères poussiéreuses ou au fond de caisses héritées d’une aïeule regrettée. Un véritable gâchis qui a poussé Anne Fortin à agir. « La cuisine, c’est l’histoire d’un peuple. Il faut la protéger, l’étudier, la mettre en valeur. » La propriétaire de la Librairie Gourmande, installée au marché Jean-Talon, a donc travaillé plusieurs mois à la mise sur pied du Conservatoire culinaire du Québec.

ImageFlipBook5

Entrevue radiophonique

En 2 parties, voici une entrevue où Madame Fortin raconte comment est né ce projet, à l’émission «On n’est pas sorti de l’auberge» du 15 octobre 2016 avec Francis Reddy.

Quelques photos

Ce lieu de préservation et de promotion est ouvert à tout le monde, à son plus grand bonheur. «Ça me soulage que ce soit devenu public, explique-t-elle. Cette collection appartient à la société du Québec.» En effet, à travers ces livres de recettes, on peut lire toute l’histoire culinaire de la province, de 1840 – année de publication du premier ouvrage culinaire : La cuisinière canadienne – à 1990.

Le directeur espère aussi que le conservatoire saura inspirer les professeurs et les élèves de l’école, qui «pourront explorer les tendances d’origine et les comparer à celles d’aujourd’hui».

On ne vise pas un public en particulier, c’est un lieu de travail et de culture ouvert à tous

Dans le second local, des présentoirs remplis d’ouvrages aux pages jaunies attendent les curieux. « Des historiens, des chefs, des passionnés, des chercheurs, des foodies, … À côté des livres de référence (Mère Caron, Sœur Berthe, Jehane Benoit, Paul Martin …), le Conservatoire propose également une magnifique collection de menus ayant jadis orné certaines des meilleures tables du Québec ou d’Europe : visite princière chez Bardet, Saint-Sylvestre 1950 au Château Frontenac, carte de chez Bocuse ou du El Bulli…

Potentiel pédagogique

Les élèves de L’EMRTM seront bien évidemment parmi les premiers à pouvoir admirer et parcourir ces fabuleux témoins de l’histoire du Québec. « Ils semblent curieux mais ne connaissent pas grand-chose à notre patrimoine culinaire », confie Anne Fortin. « Il y a un aspect pédagogique très intéressant : les chefs enseignants et les élèves vont pouvoir utiliser le Conservatoire pour se documenter, on pourra recréer des menus d’antan, faire des recherches sur les produits et techniques d’époque, … »

Un lieu évolutif Les collections du Conservatoire sont également appelées à évoluer. Et les responsables accepteront, bien évidemment, les dons. « Un livre de recettes qui appartenait à ta grand-mère, tu ne mets pas ça au recyclage », sourit Anne Fortin. « Si vraiment tu n’en vois aucune utilité, passe le déposer ici… » et le conservatoire évoluera au gré des dons du public.

Si vous souhaitez désencombrer votre sous-sol

Si vous souhaitez désencombrer votre sous-sol des boîtes de vieux livres de cuisine, vous pouvez appeler au (514) 350-8049, poste 6444.

Un 5 à 7, très apprécié de tous les convives

Le jeudi  13 octobre  2016, à  à l‘École des métiers de la restauration et du Tourisme de Montréal, a eu lieu le Lancement officiel du Conservatoire culinaire du Québec.